Reportage sur le COVID-19

Mauvaise information et désinformation. Les journalistes qui couvrent le coronavirus sont confrontés à beaucoup de défis. Au cœur des reportages sur la pandémie de COVID-19 se trouvent des informations fiables sur les implications et la propagation du virus. Cependant, la pandémie actuelle semble s’accompagner d’une infodémie, terme qui fait référence aux fausses allégations, aux rumeurs et à la mauvaise information et à la désinformation concernant le coronavirus. Depuis le début de la pandémie, des informations non fondées sur le COVID-19 se sont rapidement répandues sur les médias sociaux, mais dans certains cas, elles ont également été diffusées par les gouvernements. La désinformation liée au COVID-19 est dangereuse, car « elle conduit les citoyens à se mettre en danger en ignorant les avis scientifiques ; elle amplifie la méfiance à l’égard des décideurs politiques et des gouvernements ; et elle détourne les efforts des journalistes vers la réfutation réactive des mensonges au lieu de la diffusion proactive de nouvelles informations ».[1] Dans certains pays, cependant, la désinformation est perpétuée par le gouvernement, faisant en ce que les médias indépendants jouent le rôle du gouvernement en se transformant en sources d’information de santé publique.[2]

Accès à l’information. De nombreux gouvernements ont pris des mesures qui limitent l’accès aux informations détenues par les organismes publics concernant la pandémie et d’autres domaines cruciaux d’intérêt public. Cela peut être le cas soit parce que garantir l’accès du public à l’information n’est pas considéré comme une priorité, soit parce que cela fait partie d’une stratégie visant à limiter la critique des mauvaises décisions, à restreindre les droits de l’homme et à masquer la corruption. Cependant, il est impératif que le droit à l’information soit maintenu autant que possible pendant la crise. Le droit à l’information est essentiel pour assurer la sensibilisation et la confiance du public, lutter contre la désinformation, garantir la responsabilité ainsi que pour développer et suivre la mise en œuvre des politiques publiques visant à résoudre la pandémie. Consultez ce rapport d’ARTICLE 19 pour en savoir plus sur le droit du public à être informé de la pandémie de COVID-19.

La sécurité. En plus d’être attentifs à la manière de faire un reportage responsable du COVID-19, les journalistes doivent également faire face aux risques de sécurité auxquels ils peuvent être confrontés en couvrant la pandémie. Il peut s’agir du risque de sécurité physique d’être infecté, ainsi que des risques de sécurité numérique liés au travail à domicile et à la communication à distance avec les autres. En outre, dans l’exercice de leur devoir de fournir des informations fiables, les journalistes sont souvent confrontés aux intimidations, aux harcèlements, aux interférences en ligne et à la censure, en particulier lorsqu’ils posent des questions critiques sur la manière dont leurs gouvernements respectifs gèrent la pandémie. En outre, de nombreux gouvernements dans le monde ont décrété l’état d’urgence, ce qui leur permet d’imposer temporairement certaines politiques ou de suspendre certains droits dans le cadre de la lutte contre la pandémie. L’état d’urgence peut être utilisé comme prétexte pour porter atteinte aux droits des citoyens et pour entraver le travail des journalistes. Un exemple est la mise en œuvre de mesures criminalisant la diffusion d’informations fausses ou mensongères ; bien que présentée comme une mesure de lutte contre la désinformation, elle peut être utilisée pour censurer les voix critiques.

Le genre. Un autre aspect à prendre en compte est le fait qu’en dehors des conséquences économiques, politiques et sociétales, la pandémie de COVID-19 a rendu les groupes marginalisés, notamment les femmes, encore plus vulnérables qu’auparavant. Par conséquent, il est également impératif de représenter les femmes et les autres groupes marginalisés dans le contenu des médias.

Aperçu général. Le projet Riposte au COVID-19 en Afrique vise à lutter contre la désinformation en formant les journalistes sur le reportage et la vérification des faits dans le cadre de COVID-19, ainsi que sur l’engagement et la communication au niveau communautaire. En outre, le projet comprend également des interventions qui sont directement orientées vers la lutte contre les inégalités de genre dans le contenu des médias. Les pages ci-dessous fournissent de plus amples informations sur les éléments du projet susmentionné.


Ressources

Vous trouverez ci-dessous un ensemble de ressources sur un reportage responsable du COVID-19 et comment assurer la diffusion de la mauvaise information et de la désinformation.


Notes de bas de page

[1] UNESCO, Disinfodemic: Deciphering COVID-19 Disinformation
[2] Free Press Unlimited, COVID-19, Gender and Media